Visiter

École Delisle 

Cliquez ici pour consulter la page


Église Notre-Dame-de-Liesse 

Ouverte du mardi au samedi jusqu'au 17 août 2019 de 10 h à 17 h.

Les amateurs d'architecture et d'histoire seront comblés par plusieurs pièces exceptionnelles! Construite en 1877 par l'architecte David Ouellet, elle renferme de magnifiques trésors.

Le maître autel, qui renferme un tabernacle réalisé par monsieur Philipe Hulot au 18e siècle.

La plus ancienne toile de l'église, soit le Tableau de la Rivière-Ouelle, dont l'auteur est inconnu. Cette peinture est un ex-voto, soit un tableau qui a été suspendu dans l'église à la suite d'un voeu lors d'un grand péril ou d'un grand danger et dont ce voeu a été réalisé. Le tableau de l'église constitue un témoignage capital sur l'adaptation vestimentaire des premiers colons au climat nord-américain, humblement vêtus à la canadienne.

Les fauteuils de deux lieutenants-gouverneurs qui les ont légués à la Fabrique, soit monsieur Luc Letellier de Saint-Just et Charles-Alphonse-Pantaléon Pelletier.

La lampe sanctuaire, réalisée par monsieur Laurent Amiot, orfèvre de Québec.

Et bien d'autres merveilles à découvrir...


Circuit Fil Rouge et Passeurs de mémoire

Crédit photo: Eve-Marie Bélanger

Cliquez ici pour consulter la page


Chapelle du quai 

Crédit photo: Nicolas Gagnon

Cliquez ici pour consulter la page


Croix des Dubé 

La croix des Dubé a été réimplantée dans la travée du vieux chemin de fer, non loin de la croisée du chemin de la Petite-Anse et de la Route 132, qui, autrefois, menait à destination passagers et marchandises à la gare du quai de la Pointe-aux-Orignaux. Nous devons d'abord rappeler que cette croix de chemin est le legs des frères Jacques et Raymond Dubé, alors qu'elle était anciennement située en face de la maison sise au 189, Route 132. Pour reprendre le fil de son histoire [...] :

« En 1933, Louis Dubé entame l'édification d'une croix de chemin pour sa famille. En 1959, Louis et Raymond conviennent de remplacer la vieille croix de chemin [en bois] par une superbe croix de fer bénite à ce moment par le curé Bernier. En 1984, Raymond Dubé la fait entièrement sabler et repeindre par Adrien D'Anjou. »

Depuis quelques années maintenant, la croix de chevrons croisés est soigneusement remisée dans la grange de monsieur Gilles Landry qui en a été le fidèle conservateur. Pendant ces années de remisage, le Comité d'embellissement de la Municipalité de Rivière-Ouelle, et tout particulièrement son président, monsieur Benoît Guignard, était conscient de la valeur patrimoniale de cette part d'héritage rivelois et souhaitait qu'un projet vienne un jour raviver cette mémoire en dormance. En novembre 2013, une fois que le conseiller Richard Dubé s'est vu confier la mission de remettre sur pied cette croix reléguée aux oubliettes, un comité voit le jour et, dès janvier 2014, il se met au travail pour lui trouver un nouvel emplacement et une vocation nouvelle. En mars 2015, la Corporation historique et culturelle de Rivière-Ouelle se porte volontaire pour devenir le gestionnaire du prochain site de la Croix des Dubé une fois qu'elle sera implantée en lieu et place, non loin d'ailleurs de l'École Delisle qu'elle anime chaque été.

Il existe environ 2 800 croix de chemin au Québec et Rivière-Ouelle en comptait neuf. La Croix des Dubé est la dixième sur le territoire rivelois, mais la toute première à être réinterprétée et actualisée au contexte d'aujourd'hui.

L'artiste visuelle Émilie Rondeau, résidente de Rivière-Ouelle, a reçu l'appui du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), de la Conférence régionale des élues (CRÉ) du Bas-Saint-Laurent et de leurs partenaires pour relever ce défi. Son expérience dans les oeuvres d'intégration à l'architecture et à l'environnement, son intérêt pour les notions de récupération, d'appropriation, de détournement et de resignification, la qualité de sa démarche ainsi que sa présence et sa grande implication sur le territoire kamouraskois faisaient d'elle la personne tout indiquée pour mener à bien cette oeuvre de requalification. De fait, l'artiste propose d'incorporer dans la structure de la Croix des Dubé un simulacre d'arbre pour sa concordance avec la figure cruciforme et aussi pour la place symbolique de l'arbre dans l'imaginaire universel. Enracinée dans les terres fertiles de la région, la croix-arbre se déploiera sur les plaines environnantes tout en s'ouvrant sur l'avenir. Un regard projeté vers le futur qui intègre le passé. L'oeuvre d'Émilie Rondeau s'intitule « On reconnaît l'arbre à ses fruits ».

Cette croix transfigurée rappelle l'importance de la coupe forestière, du commerce et de la transformation du bois et même de la culture fruitière parmi les nombreuses richesses du Bas-Saint-Laurent. Qu'il soit question de construction d'habitats, de goélettes, de transformation de la matière première ou de transport ferroviaire, le bois demeure longtemps au coeur des activités locales. Sur les plaines fertiles, aux abords du littoral, planter une première oeuvre, un nouvel arbre, prend tout son sens. Telle une croix de carrefour, cette sculpture monumentale saura guider le voyageur, enrichir la réflexion sur la transformation du patrimoine religieux et offrir un contact privilégié avec l'art actuel en région.

Oeuvre réalisée par Émilie Rondeau


Parc nautique 

Pour les amoureux de l'eau, les amateurs de canot ou de kayak, la rivière Ouelle vous attend! Magnifiques paysages, profusion de la faune ailée et tranquillité. Le parc nautique vous propose un débarcadère pour les bateaux et petites embarcations. Vous devez réserver.

127, rang de l'Éventail, 418 894-7677

Crédit photo: Eve-Marie Bélanger


Rivière-Ouelle en photos